Aller au contenu

Welcome to :: Forum - No Skill No Frag ::
Register now to gain access to all of our features. Once registered and logged in, you will be able to create topics, post replies to existing threads, give reputation to your fellow members, get your own private messenger, post status updates, manage your profile and so much more. If you already have an account, login here - otherwise create an account for free today!
Photo

Boite à disserte

* * * * * 2 note(s)

  • Ce sujet est fermé Ce sujet est fermé
8 réponses à ce sujet

#1
Master Killer

Master Killer
  • Habitué
  • 1 573 messages
  • Locationde voiture

Bonsoir, ce topic s'adresse principalement aux élèves de terminales (+ premières éventuellement et ceux / celles qui sont en fac de lettre)

 

 

Je lance la proposition vu que j'en ai déjà parlé à 2-3 personnes : 

Vous en dites quoi de faire un Topic (en l'occurrence celui-ci), et d'y regrouper toutes les dissertations que l'on réalise, au fur et à mesure tout au long de l'année. Attention, le but n'étant pas de copier/coller bêtement le travail d'autrui (au bac le forum ne sera pas accessible ^^), mais plutôt d'avoir déjà une orientation, pourquoi pas un fragment de plan, en consultant la manière d'approche des autres. La dissertation pourra être mis sous forme de note, de plan, ou entièrement rédigée.

 

Vous en pensez quoi ?


  • 1
Image IPB

#2
BarmanLegacy

BarmanLegacy
  • Administrateur
  • 669 messages
  • LocationTarbes (65)

Pain au chocolat ou chocolatine ? Vous avez 4h

Je suis très mauvais en rédaction mais je peux en revanche commenter franchement et objectivement. Je ferais le prof de sport : j'applaudis, je critique, mais je bouge pas :D


  • 0

Image IPB


Réviser, c'est douter de son talent.


#3
EvoKaTiiV

EvoKaTiiV
  • Vétéran
  • 524 messages
  • Location#TeamChinois
RAPPEL : Discussions Sérieuse...
  • 0
Image IPB
Image IPB

#4
Nathan

Nathan

    Lit Mots Joie

  • Habitué S
  • 1 421 messages
  • LocationLimoges, capitale de la France ! (ah non en fait :()

Awards de l'utilisateur

        
Jtrouve ça intéressant ! En plus vous aurez l'occasion de voir mes divines interprétations écrites ! Quels chanceux vous faîtes !
  • 0

Image IPB

Image IPB

Made by Kyubi


#5
trezah

trezah
  • Administrateur
  • 104 messages
  • LocationLille

Bonsoir, ce topic s'adresse principalement aux élèves de terminales (+ premières éventuellement et ceux / celles qui sont en fac de lettre)

 

 

Je lance la proposition vu que j'en ai déjà parlé à 2-3 personnes : 

Vous en dites quoi de faire un Topic (en l'occurrence celui-ci), et d'y regrouper toutes les dissertations que l'on réalise, au fur et à mesure tout au long de l'année. Attention, le but n'étant pas de copier/coller bêtement le travail d'autrui (au bac le forum ne sera pas accessible ^^), mais plutôt d'avoir déjà une orientation, pourquoi pas un fragment de plan, en consultant la manière d'approche des autres. La dissertation pourra être mis sous forme de note, de plan, ou entièrement rédigée.

 

Vous en pensez quoi ?

Azy go lâche ton sujet :P


  • 0

#6
Master Killer

Master Killer
  • Habitué
  • 1 573 messages
  • Locationde voiture
Sujet : Faut-il croire en la liberté
 
La liberté est l'état d'une personne ou d'un peuple qui ne subit pas de contraintes, de soumissions, de servitudes exercées par une autre personne, par un pouvoir tyrannique ou par une puissance étrangère. C'est aussi l'état d'une personne qui n'est ni prisonnière ni sous la dépendance de quelqu'un. La liberté est une valeur importante pour l'homme, cependant, c'est un terme équivoque, qui peut nous tromper, et dont la signification peut parfois être opposé. D'après l'opinion commune, la liberté consiste "à faire ce que l'on veut", cela sous-entend agir selon ses désirs sans contrainte. Selon Rousseau, elle peut se définir au travers de la réalisation du désir mais à condition que l'on reste maitre du désir et que l'on n'en devienne pas dépendant. On peut distinguer le désir et la volonté, le désir est une attirance vers ce qui procure un plaisir, tandis que la volonté est la construction d'un projet rationnelle. Cependant, se sentir libre ne signifie pas l'être vraiment, de plus, le désir peut lui-même prendre une forme de dépendance. Ainsi, il serait illusoire de croire que l'on est libre sans effort. La liberté est donc avant tout une conquête. La croyance, elle, est un processus mental par lequel une personne adhère à une thèse ou à une hypothèse de façon à ce qu’elle la considère comme vraie. Il peut y avoir différentes sortes de croyance, telles que la croyance scientifique, autrement dit les connaissances, comme par exemple croire que l'addition de deux nombres pairs donnera inévitablement un nombre pair, ou encore la croyance religieuse dont l'existence est rationnellement indécidable. Nous cherchons à déterminer que représente réellement la liberté, et si nous disposons réellement de cette liberté. Pour cela, nous allons voir dans un premier temps que l'Homme croît en une liberté qui passe par le libre arbitre. Dans un second temps, nous verrons que cette croyance peut s'avérer illusoire, dependant du déterminisme. Enfin, nous examinerons le dépassement d'une simple "croyance" et la mise en oeuvre de cette liberté.
 
 
Nous allons voir dans un premier temps que l'homme croît en une liberté, cette liberté passe par la notion de libre arbitre, cette notion consiste à etre le maitre de ses actions et de ses choix. Selon Descartes, c'est la puissance de notre volonté à se déterminer par elle-même, independantement de toutes causes extérieures ou intérieures. Le libre arbitre s'affirme par plusieurs arguments. Dans les principes de la philosophie, de Descartes, "la liberté se connaît par la seule expérience que nous en avons". Selon lui, la liberté nous renvoie à l'expérience du choix, que nous avons tous à effectuer dans nos vies. Le libre arbitre se situe donc au niveau de la pensée, puis au moment de l'action. 
Il passe tout d'abord par l'argument théologique. En effet, on soulève un problème dans l'existence du mal, si Dieu est tout-puissant, bon et bienveillant, comment expliquer qu'il ne fait pas disparaitre le mal. Selon Descartes, cela s'explique par le fait que l'homme a reçu le libre arbitre et que c'est uniquement par les choix de l'homme que le mal existe et perdure, et également par ses choix que le bien peut vaincre le mal. 
Par la suite, il passe par la différence entre l'homme et l'animal. En effet, on estime que l'animal est guidé par son instinct et né choisit par son comportement, qui est lié à la nature et aux genes dont il a hérité. À l'inverse, l'homme possède une raison et une conscience qui lui permet de se représenter ses actes et les juger, il aurait donc la possibilité de faire un choix avant d'agir. Selon Descartes, l'homme est donc conscient de ses actes et peut decider ou non de les mettre en exécution, la volonté peut être plus forte que les influences que l'on perçoit. 
Enfin, le libre arbitre passe également par la responsabilité morale. En effet, on ne pourrait pas juger une personne si elle n'était pas à l'origine même de ses actes. Pour Descartes, l'homme est entièrement responsable de ses actes quand il a agi sans être sous la contrainte d'un tiers et qu'il a volontairement réalisé une action. Ce qui n'est pas le cas de l'animal qui n'agit qu'en fonction de son instinct ou de son dressage. Le libre arbitre serait donc pour Descartes le fondement même de la morale et du droit. Cependant, nous pouvons nous demander si ce n'est pas une illusion de croire que l'homme possède ce libre arbitre, et donc cette liberté.
 
Nous allons voir dans un second temps que cette liberté qui passe par la notion de libre arbitre est remise en cause par le déterminisme. Le déterminisme est une théorie philosophique selon laquelle les phénomènes naturels et les faits humains sont causés par leurs antécédents. Tous les phénomènes sont régis par des lois physiques, il n'y a pas de phénomène sans cause et les mêmes causes produisent les mêmes effets. Derrière chaque choix, on suppose alors qu'il y a des causes qui ont déterminé la volonté. On observe alors plusieurs formes de déterminisme. 
Premièrement, le déterminisme psychologique nous explique que les choix de l'individu sont fortement influencés par son caractère, la question posée est si celui-ci est inné ou bien acquise, et si l'homme peut le changer. Les psychologues ont mis en évidence que les sujets étaient plus ou moins influençables, comme on peut le voir avec les expériences de Milgram sur la soumission à l'autorité. L'expérience a été reproduite pour mesurer le pouvoir de la télévision sur les individus, dans "La zone extrême", on s'aperçoit que 81% des sujets se soumettent aux ordres et vont infliger des chocs électriques mortels à des individus qu'il ne connaisse pas en se laissant soumettre à des ordres. On parle alors d'état agentique dans lequel l'homme n'est plus qu'un agent d'exécution de la volonté d'autrui, facilement influencé par le fait qu'il se trouve seul et dans un milieu inconnu. 
Dans un second temps, le déterminisme physique insiste sur l'influence du corps. Selon Spinoza, célèbre philosophe néerlandais du 17e siècle, le libre arbitre, la liberté, est une illusion. Les hommes se croient libres parce qu'ils ignorent les causes qui les déterminent. Le philosophe insiste sur l'influence du corps, comme on le remarque dans cette citation : "L'homme n'est pas un empire dans un empire", par cela il faut comprendre que l'homme est soumis aux influences physiques de son corps. On peut citer l'exemple des besoins qui ont une influence majeure sur l'homme, tel que la faim, la soif, la fatigue, ou encore l'état physique tel que la santé, les diverses maladies. On peut également citer les habitudes qui deviennent à la longue une "seconde nature". Le caractère serait donc, pour Spinoza, lié au physique. 
Enfin, le déterminisme social met en avant différents facteurs sociaux. Nous pouvons citer Émile Durkheim, fondateur de la sociologie, qui est la science humaine qui a pour objet les phénomènes sociaux. Elle étudie les formes, les développements et les évolutions de la cohabitation des hommes, ainsi que les facteurs qui ont une influence sur cette cohabitation. Il dit : " ce n'est pas l'homme qui fait la société, c'est la société qui fait l'homme", selon lui, les choix de l'individu sont fortement influencés par le milieu social sans que l'individu en soit toujours conscience. Comme nous pouvons le voir dans l'article de Pierre Vinaches : L'habitus dans la revue, on trouve deux exemples : le mariage et le choix scolaire. Dans les deux cas, on observe une forte corrélation entre les décisions de l'individu et son milieu social. Ainsi, le libre arbitre est doublement limité : tout d'abord par le nombre de choix possible, puis par la suite une limite liée à l'intériorisation des valeurs du groupe. Cependant, cela reste une croyance, nous pouvons nous demander comment dépasser cette croyance, et réellement l'appliquer.
 
Enfin, nous allons voir comment dépasser le simple fait de "croyance" et mette en oeuvre cette liberté. Tout d'abord, elle peut être mise en oeuvre à travers la liberté d'expression, qui est le droit pour toute personne de penser comme elle le souhaite et de pouvoir exprimer ses opinions par tous les moyens. Notamment par l'art, nous pouvons citer le célèbre philosophe Allemand Kant, qui a écrit : "la liberté est un joyau". Cette citation nous montre que l'homme possède un véritable trésor de par son droit à écrire, chanter, peindre ce qu'il pense. C'est pourquoi plusieurs artistes, à travers différentes époques, ont créé des oeuvres revendicatrices dans le but de changer leurs sociétés, aussi bien sur le plan politique que social. Ainsi, on peut voir dans un premier temps sur le plan politique que beaucoup d'artiste ont utilisé l'art pour apporter leurs jugements à la société qui les entoure, dans le but de l'améliorer. Nous pouvons citer le célébre écrivain Victor Hugo, à travers Les misérables, il va tenter d'attirer l'attention sur la maltraitance des enfants et leurs droits, dans une époque où l'enfant, de l'étymologie "infant" (celui qui ne parle pas) était méprisés. Ou encore le roman La Case de l’oncle Tom, publié en 1852, écrit par Harriet Beecher Stowe, qui dénonçait l'esclavage aux États-Unis, largement propagé au nord mais complètement boycotté au sud, il contribua au renforcement des sentiments abolitionnistes dans cette partie du pays et à la guerre de Sécession qui s’en est suivie. De plus, sur le plan social, l'artiste représente au sein du peuple une certaine "bonne étoile", nous pouvons prendre l'exemple de Voltaire ou de Jean de La Fontaine, qui ont tous deux écrits des contes et fables divertissants dans lesquels ils faisaient aussi passer divers messages qui traduisent de leur opposition face à la profonde inégalité dans laquelle vivent les hommes. Ces deux écrivains et philosophe étaient donc des révolutionnaires qui luttaient contre les intolérances.
Par la suite, la liberté est mis en oeuvre par l'application de la Loi,. En effet, certains considèrent la loi comme un frein à la liberté car elle apparaît comme un obstacle pour la liberté en restreignant les désirs de l'Homme. Cependant, d'autres philosophes comme Rousseau considère que la loi est indispensable à la prospérité de la liberté, en effet, il dit : "il n'y a pas de liberté là où il n'y a pas de loi, ou là où quelqu'un est au-dessus des lois." De par cette citation, il faut comprendre que sans loi, régnerait l'anarchie, ou le fort dominerait le faible. Le respect et l'application de la loi sont donc des éléments indispensables afin d'entretenir une liberté de chaque individu. Cependant, s'il suffisait d'obéir aux lois pour être libre, alors, les sujets d'un roi au pouvoir absolu seraient libres, pour Rousseau, la solution à ce problème serait alors que chaque personne serait l'auteur de la loi à laquelle l'ensemble se soumet. Ainsi, la liberté des citoyens serait garantie, non en les délivrant de toutes les lois, mais en faisant d'eux les propres auteurs de la loi, par le vote. Les hommes se donnent donc ainsi leurs propres lois, avec comme seul critère le bien commun, et non leurs intérêts personnels. De plus, nous pouvons aborder la question de la loi de la moralité, en effet, selon Kant, la loi dictée par notre morale, ne nous est pas imposée par l'extérieur, mais provient de l'intérieur, de notre conscience. Ainsi, nous mettrions en oeuvre cette liberté en obéissant au commandement moral, car nous nous le sommes prescrit.
 
 
 
 
 
Pour conclure, nous avons vu dans un premier temps que l'Homme croît en une liberté qui passe par la notion du libre arbitre, défendu par Descartes, cette notion du libre arbitre permettrait à l'homme d'effectuer des choix sans influence extérieure ou intérieure, mais par sa seule volonté. Par la suite, nous avons examiné une négation du libre arbitre par le déterminisme, et donc une croyance en une liberté qui serait illusoire, qui prône que derrière chaque choix il existe des causes qui ont déterminé la volonté de nos actes. Enfin, nous avons abordé la question d'un dépassement d'une simple croyance et de la mise en oeuvre de cette liberté, à travers la liberté d'expression, mais également à travers les lois, qui nous permettent de préserver cette liberté et de la faire perdurer. Nous pouvons nous demander si la mise en place d'une société de plus en plus régie par les lois ne risque pas d'aboutir à une réduction de la liberté des citoyens.

  • 1
Image IPB

#7
Lolobelgium

Lolobelgium
  • Leader
  • 8 109 messages

Awards de l'utilisateur

              
On peut commenter / critiquer ?

Parce que bon, désolé mais

Nous pouvons nous demander si la mise en place d'une société de plus en plus régie par les lois ne risque pas d'aboutir à une réduction de la liberté des citoyens

Passez moi le gif de shia laboeuf qui applaudit svp. Une bonne dissert doit selon moi au laisser le lecteur une piste d'approffondissement personnel. Or là, c'est plutôt creux.
  • 0

#8
Master Killer

Master Killer
  • Habitué
  • 1 573 messages
  • Locationde voiture
Mise à part l'ouverture (qui est facultative) tu pense quoi du reste ?
  • 0
Image IPB

#9
trezah

trezah
  • Administrateur
  • 104 messages
  • LocationLille

Avertissement :

Je ne suis aucunement un pro. de l’exercice, et encore moins de la philosophie.

Ces remarques/critiques ne sont la qu'à titre indicatif, et représentent seulement mon avis suite à la lecture du document.

Je n'ai en aucun cas la science infuse, il est donc possible que je me trompe et raconte de la merde.

 

 

 

Wsh wsh Master, j'ai parcouru ton oeuvre avec beaucoup d'attention, et après ces lectures, peu de critiques ressortent de ton développement. Mis à part quelques inévitables fautes d'orthographe (je suis pas non plus un dictionnaire ni un Bescherelle) et une longueur plutôt minimale à mon goût.

Cependant sur ce dernier point plusieurs facteurs sont à prendre en compte. Dans quelle filière est-tu ? La longueur d'un devoir de S est forcément moins prononcée que celle d'un devoir de L, pour un coef différent c'est normal. Autre facteur, ta dissertation est faite à la machine, et tu connais probablement moult gestes permettant d'allonger artificiellement la longueur du devoir en écrivant tout simplement plus gros/grand ahah.

Malgré tout je tiens à t'avertir en te disant que certains professeurs apprécient fortement le fait d'avoir un nombre conséquent de pages à se mettre sous la dent, tout en évitant les broderies vides de sens (la est la difficulté de l'exercice pour ceux-là). 

 

Pour se qui est du fond je ne vois pas grand chose à y redire. (Encore une fois attention je ne suis pas un expert) Cependant l'homme de science que je suis ne peut pas s’empêcher de remarquer un défaut à ta conclusion. Je ne sais pas quelle méthodologie on te transmet pour la dissertation de philosophie, mais personnellement, on m'a toujours enseigné que dans une conclusion, on répond à la problématique. Dans la tienne je n'y retrouve que le plan, et une ouverture déjà critiquée par Lolo.

 

Ces légers problèmes (qui peuvent au final être des différences de méthodo/perception) mis de côté, ton texte était très bien. 

 

 

 

Avertissement :

Je ne suis aucunement un pro. de l’exercice, et encore moins de la philosophie.

Ces remarques/critiques ne sont la qu'à titre indicatif, et représentent seulement mon avis suite à la lecture du document.

Je n'ai en aucun cas la science infuse, il est donc possible que je me trompe et raconte de la merde.


  • 0




0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 membre(s), 0 invité(s), 0 utilisateur(s) anonyme(s)